Vous êtes ici :  Accueil
Visites

 176643 visiteurs

 4 visiteurs en ligne

Recherche
 
Fermer
Editions CAPI
Evenements

Dimanche 29 Nov. 2020

Semaine n° 48

Agenda pour les 360 prochains jours

Evènements dont les dates de début ou de fin

sont dans l'intervalle de jours souhaités.

le nombre maxi d'évènements affichés est de 20

14 Novembre 2020
10:00

--
12:00
CATINOU CONFINÉE

Réservation cloturée

Adresse du lieu de l'évènement : Éditions CAPI Lieu dit
31230 AGASSAC


France   Localiser sur une carte

Nom de contact: Michel SAINT-RAYMOND

Adresse postale: Lieu-dit

Mail Contact: michel.saint.raymond@gmail.com      No Téléphone: 06 83 25 54 68

Nbre de places maximum: 0      Nbre d'inscrits: 0      Réservation:

Adissiatz pla, brave mounde !

Nous sommes comme vous, nous sommes confinés ! E Diou sab jusquos a quand aquo durara... En attendant le bonheur de vous revoir, on travaille sur les rééditions des ouvrages de Charles MOULY (que vous retrouvez dans le lien des Éditions CAPI, sur ce même site), et il nous arrive toujours quelque malparade... Je vous raconte la dernière !

L’ESTOURNUDET.

Mon Jacouti, il a une santé de fer ! E podètz creser qu’il se l’entretient ! Vous ne le verrez jamais boire de l’eau de peur de se la rouiller ! Mès aquel aze, il m’attrape tous les ans le rhume des foins ! C’est justement la période du pollen des gras minets ! Et c’est donc la période où mon arganhol il éternue à s’y fendre la courge !

Si seulement il savait éternuer discrètement, un petit « tchi » dans le pli du coude comme on nous enseigne de le faire à la télé ! Mais nani ! Quand il éternue, c’est un estournudet à ricochet qui explose toutes les vitres dans un rayon de cinquante mètres ! « ATCHA ! AH ! ARRR ! » La terrible puissance de la déflagration, brave monde ! Il faut dire aussi que les vitres elles sont plus solides comme autrefois !

E es atal que la semaine dernière on était allés faire les courses au supermarché, qu’avec ce confinement on avait plus un seul croustet à se rougagner ! Bien sagement on s’était mis le masque : j’en avais fabriqué deux super-résistants avec un de mes vieux soutien-poupes, que rien ne peut traverser même pas les vis russes ! Et on s’était même lavé les mains avec le produit à l’entrée du magasin, un liquide qui sentait le riquiqui, tellement que mon Jacouti il s’est même désinfecté la langue…

On était du côté des légumes, et tout d’un coup je vois mon perlou que ruffissio lou nas, qu’il avait les yeux qui regardaient le plafond et qu’il se penche la tête en arrière ! « Boudiou ! Retiens-toi moun fil ! » i disi, mais c’était trop tard, le feu il était à la mèche ! Et aqui moun Jacouti que te fiquo un estournudet « ATCHA ! AH ! ARRR ! » qu’il a renversé tous les plateaux de courgettes, de poivrons et de tomates, que les légumes ils ont été mascagnés par l’explosion et que ça faisait par terre comme une ratatouille pas cuite !

Tout de suite, la panique dans le magasin ! Les gens sont partis en courant, en abandonnant les chariots sur place, et en se passant les uns sur les autres tellement il leur tardait de sortir ! Les haut-parleurs demandaient le calme : « Pas de panique, s’il vous plait ! Nous sommes victimes d’un attentat mais nous maîtrisons la situation ! 

-  J’ai entendu le terroriste qui criait « Allah akbar ! » ço disio uno femno qui clasquéjait des dents comme si elle jouait des castagnettes sur un air de passo-doble ! »

Cinq minutes après, on a entendu les sirènes de la police : il y en avait au moins une cinquantaine qu’elles hurlaient toutes en même temps, et le GIGN est entré dans le magasin, la mitraillette à la main : « Rendez-vous, vous êtes cerné ! » Puis ils se sont rendu compte que mon Jacouti il avait plus le masque, qu’il avait été expulsé sur un cageot de pommes en estournudant, alors ils se sont arrêtés net, paralysés par la dangerosité d’un énergumène qui avait contaminé toute la grande surface : « Ne bougez plus ! Dernière sommation ! » Et ils le tenaient en joue !

Le SAMU est arrivé, pauvre monde ! Quatre médecins habillés comme s’ils partaient sur la lune ! Ils ont d’abord tiré une seringue avec un fusil sur mon pauvre Jacouti qu’il s’est retrouvé endormi en moins de deux ! Les soignants l’ont alors enfermé dans une cage en verre, et trois heures plus tard j’ai appris qu’il était aux soins intensifs, suspecté du Cours vite, comme ils m’ont dit ! Le magasin a été fermé le temps de le désinfecter entièrement, et tout Minjecèbes a été mis en quarantaine pour quinze jours, c’est-à-dire pendant trois semaines (c’est la façon officielle de compter !)

Boudiou, qu’uno epoquo vivèm ! Quand on pense qu’il n’y a pas un an encore, quand quelqu’un estournudait, on se contentait de lui dire « A vos souhaits ! » ou « Diou t’assiste ! » si on parlait occitan !

Lexique :

- L’estournudet : l’éternuement.

- E podètz creser : et vous pouvez croire

- Mès aquel aze : mais cet âne

- arganhol : dadais

- rougagner : grignoter, mâchonner, ronger.

- poupe : sein.

- que ruffissio lou nas : qui fronçait le nez

- mascagnés : détériorés

- clasquéjer : claquer

- qu’uno epoquo vivèm : quelle époque nous vivons !

- Diou t’assiste ! : Dieu te protège !

salutations.jpg

Webmaster - Infos