La saga de Catinou
Le père créateur
Bande dessinée
Cuisine de Catinou
Remèdes d'autrefois
Touristes au pays
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
55 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Ecoutez la Catinou - Pas coumode estre ouneste
Chère auditrice, cher auditeur,
Vous pouvez écouter la voix de Catinou et suivre le texte de Charles Mouly en même temps. Vous pouvez aussi accéder à la traduction du texte, juste en dessous.
Enfin, vous pouvez récupérer le fichier sonore MP3 en cliquant ICI (si le téléchargement ne fonctionne pas, faire un clic droit sur le même lien puis "enregistrer la cible du lien sous...").
Bonne écoute !

Enregistrement audio de la Catinou.



ES PAS COUMODE D’ÈSTRE OUNESTE.

 

Aquel matin, èrem partits a punto d'albo al mercat de Frettocoquos, amb un cargoment de cebos que lou Batistou abio peno a tirar lou carretou. Nous en anabom planplanet quand, en mountant la costo d'Escanobourriquos, lou Jacouti t'aviso un gros paquet plantat al miègt de la routo, e de suito s'en va lou ramassar.

-Tôques pas aquo ! Que Diou sab ço que i a aqui dedins... C'est peut-être une bombe, moun filh !

Mès aquel amori l'abio deja ramassat e, curious coumo uno agasso, se des­trigo de lou durbir. Boudiou paurots ! Ne demourèrem estabournits : estroupats dins un tros de papièr i abio aqui, al pus mens, vingt kilos de bil­hets de banquo ! E pas de pichoto mounedo. De bilhets de cinq cents francs... ou de cinquanto milo s'ai­matz milhour, agrafats per pilots de dèts. Lou Jacouti s'afano a lous coumptar : « ... Vingt... trento... cin­quanto... cent !... s'exclamo, tout es­toumacat. Ma perloto, n'i a per cin­quante milliouns ! Uno fourtuno !

-Veses, bougre d'ase ! i disi. Te podes vantar d'estre degourdit : de qu'anam far d'aquo, aro ?

-E ! ço me respound. Aquo's pas coumplicat : l'anam pour­tar als gendarmos !

-Pas coumplicat ? aquo's lèu dit. Se vos moun avis, destriguem-nous d'arribar a Frettocoquos e de nous de­barassar d'aquel argent, que se nous attrapabon amb aquelo fourtuno dins lou carretou, auriam pas acabat d'aber d'istouèros : s'imagirion qu'abem devalisat une banquo ! »

Ni mai ajèssi sentit toutis lous embre­naments que nous anabon ploùre sur las esquinos. Aquo coumencèt quand lou Jacouti pausèt aquel mount d'argent joul nas del brigadier, e que i expliquèt que l'abio troubat al miègt de la routo : siosquèt tout clar qu'aquel ome ne cresio pas un mot. En loc de nous felicitar nous tenguèt une brabo ouro a nous demandar :

- « Et où alliez-vous? D'où veniez-vous ? Comment circuliez-vous ? Comment avez-vous aperçu ce paquet ? Où était-il exactement ? Pourquoi l'avez-vous ramassé ? Pourquoi l'avez-vous ouvert ?...

- Mès enfin! i disi. De que i a que bous tracasso ? Abèm troubat aquel paquet e lou bous pourtam, aqui tout !... Aquo's tout naturèl, nani ?

- Naturel ? s'exclamo lou brigadier. Justement ! Trouver cinquante millions en billets de banque et les rapporter à la police, ce n'est pas naturel du tout !

- Tout de mème, poudiam pas gardar aquel argent, puisque nous apparte­nio pas ».

Nous calguèt despensar forço saliva per i far coumprene aquo. Enfin, aprèp un parèl d'ouros d'explicatiouns e de dis­cussioun, fasquèt un rapport que nous demandèt de signar. E nous en tournè­rem, soulajats, pensant que l'affar èro reglat. Pensatz ! Fasio pas que coumen­çar ! Quand arribèrem a Minjocebos i abio cinquanto journalistos e fotogra­fos, sans coumptar las cameras de la te­levisioun, que nous esperabon dabans la porto. Nous toumbèron dessus coumo de courbasses sus un semenat :

-«  Per que abetz tournat aquel argent ? Abetz pas abut l'embejo de lou gardar?

- Es qu'esperatz uno recoumpenso ?

- Es que pensatz que meritatz uno me­dalho per aquo ? »

Un delabassi de questiouns que sa­biam pas mai que respoundre.

- « Escoutatz ! disi a n'aquelo bando d'arpalhans. Abèm pas res d'autre a bous dire : abèm troubat cinquanto milliouns e lous abèm pourtats als gendarmos. En fasent atal, nous sem­blo qu'abèm fait ço que diou far touto persouno ounesto, e res de mai ! »

Lou lendeman toutis lous journals de Franço parlabon pas que d'aquo. E a partir d'aquel moument nostro vido siosquèt un infern. D'al matin al ser de mounde defilabon a Minjocebos; tou­tis voulion veser aquelos bestios cu­riousos qu'abion troubat uno four­tuno sul camin e que l'abion pas gardado per elis. Poudiam pas durbir uno fenestro, poudiam pas sourtir sus la porto sans toumbar sus qualqu'un. E cado cop èro la mèmo ranguèno :

« Mès coussi diaples abetz troubat aquel argent ?... E per que l'abetz pas gar­dat ?... Setz pas un pauc calucs de l'aber pourtat als gendarmos ? »

Ne veniam fadorlos. Abiam plus un moument de tranquille. Milhour qu'aquo ! Cado joun nous arribabo un cargament de lettros que lou Zephyrin, lou factor, quittabo pas de repoutegar :

-« Se cresetz qu'aquo's un plaser de carrejar touto aquelo papieralho ! ja­megabo en nous regardant de travers car nous tenio per respounsaples d'aquel rambalh. E la majo part d'aquelos lettros èron per nous insou­lentar e nous tratar de tout :

« Cal estre pus ases que lous ases per far parèlho asenado. »

« Abetz pas bergounho d'estre tant inoucents ? »

« Diouratz anar counsultar un espe­cialisto : setz madurs per l'asilo. »

« Dibetz pas patir de res per bous tru­far parèlhoment de l'argent»

Praquo nous demourabo encaro a en­gouludar lou mai rete : aquo siosquèt quand vejèrem arribar lous gendar­mos que nous embarquèron sans re­lambi :

- « Mès enfin que nous vouletz ?

- Bous expliquaretz ambe lou brigadier»

E aqui aquo siosquèt un autre affar : abion tournat troubar la persouno qu'abio perdut aquel foutral de pa­quet, un gros merchand de bestial, a ço que pares. E aquel ome èro pas countent a ço que disio, èro pas cin­quanto milliouns qu'abio perduts, mès seissanto !

- « Ount èron passats lous dèts mil­liouns que manquabon ? ». Pares qu'èro a nous-aus de l'expliquar... Ço que nous valguèt de passar quinze jouns en gabinholo.

Finfinalo, quand ajèron burgalhat toutis lous recantous del nostre oustal, fur­gat toutis lous tiradous e dins toutos las toupinos, virat e revirat touto la tèrro de l’ort en nous sanfliscant la recolto de cebos, siosquèron be ou­blijats de nous delargar. Per acabar de nous counsoular, quand arribèrem a Minjocebos, lous Minjocebols nous aculiguèron d'un aire trufarèl, coumo per dire : « N'i a, tout de mèmes, que soun pus couquis que la pouliço !... Aquelis dets rnilliouns seran pas per­duts per tout lou mounde.

- E be ! diguèri al Jacouti quand nous retroubèrem toutis souls dins l'oustal, la porto baroulhado a douple tour, siès countent de toun cop de degourdi­desso ? Lou cop que ven, quand partirem al mercat, t'estrouparas lou cap dins uno saco per pas veser ço que se passo sus la routo... E se jamai trobos un autre paquet, per l'amour del cèl t'avises pas de lou ramassar... sinou es tu que t'amassaras uno ruscado que te fara passar l'embejo d'estre ouneste ! »

 

(Catinou e Jacouti a Minjocebos (Tome II), p. 207)

 

 

CE N’EST PAS FACILE D’ÊTRE HONNÊTE

 

Ce matin-là, nous étions partis dès l’aube pour le marché de Frettocoquos, avec un chargement d’oignons dont notre Batistou peinait à tirer le charreton. Nous avancions tranquillement lorsque, en montant la côte d’Escanobourriquos, Jacouti aperçut un gros paquet en plein milieu de la route, et il s’empressa d’aller le ramasser.

- Ne touche pas ça ! Dieu sait ce qu’il y a là-dedans... C’est peut-être une bombe, mon petit !

Mais cet abruti l’avait déjà ramassé et, curieux comme une pie, se dépêche de l’ouvrir. Mon Dieu, pauvres gens ! Nous en sommes restés éberlués : enveloppés dans un morceau de papier, il y avait là au moins vingt kilos de billets de banque ! Et pas de petites coupures. Des billets de cinq cents francs... ou de cinquante mille, si vous préférez, agrafés par paquets de dix. Jacouti se dépêche de les compter : « ... Vingt... trente... cinquante... cent !...  s’exclame-t-il, tout suffoqué. Ma petite perle, il y en a pour cinquante millions ! Une fortune !

- Tu vois, bougre d’âne ! lui dis-je. Tu peux te vanter d’être dégourdi : qu’allons-nous faire de ça, maintenant ?

- Eh, me répond-il, ce n’est pas compliqué : on va le porter aux gendarmes !

- Pas compliqué ? C’est vite dit ! Si tu veux mon avis, dépêchons-nous d’arriver à Frettocoquos et de nous débarrasser de cet argent, que si on nous surprend avec cette fortune dans le charreton, on n’aurait pas fini d’avoir des ennuis : on croirait que nous avons dévalisé une banque ! »

Je n’avais pas imaginé tous les tracas qui allaient nous tomber sur le dos. Ça a commencé quand Jacouti a posé ce paquet d’argent sous le nez du brigadier, et qu’il lui a expliqué qu’il l’avait trouvé au milieu de la route : ce fut tout clair que cet homme n’en croyait pas un mot. Au lieu de nous féliciter, il a passé une bonne heure à nous demander :

- « Et où alliez-vous? D'où veniez-vous ? Comment circuliez-vous ? Comment avez-vous aperçu ce paquet ? Où était-il exactement ? Pourquoi l'avez-vous ramassé ? Pourquoi l'avez-vous ouvert ?...

- Mais enfin, lui dis-je, qu’est-ce qui vous tracasse ? Nous avons trouvé ce paquet et nous vous le portons, voilà tout !... C’est tout naturel, non ?

- Naturel ? s’exclame le brigadier. Justement ! Trouver cinquante millions en billets de banque et les rapporter à la police, ce n’est pas naturel du tout !

- Nous ne pouvions tout de même pas garder cet argent, puisqu’il ne nous appartenait pas ».

Nous dûmes utiliser beaucoup de salive pour le lui faire comprendre. Enfin, après une paire d’heures d’explications et de discussion, il rédigea un rapport qu’il nous demanda de signer. Et nous nous retirâmes, soulagés, pensant que l’affaire était terminée. Pensez donc ! Ça ne faisait que commencer ! Quand nous arrivâmes à Minjecèbes, il y avait cinquante journalistes et photographes, sans compter les caméras de télévision, qui nous attendaient devant la porte. Ils nous sont tombés dessus comme des corbeaux sur un semis :

-«  Pourquoi avez-vous rendu cet argent ? Vous n’avez pas eu envie de le garder ?

- Est-ce que vous attendez une récompense ?

- Est-ce que vous pensez mériter une médaille pour cela ? »

Une trombe de questions auxquelles on ne savait que répondre.

« Écoutez, dis-je à cette bande d’escogriffes, nous n’avons plus rien à vous dire : nous avons trouvé cinquante millions et nous les avons portés aux gendarmes. En faisant ainsi, il nous semble que nous avons fait ce que doit faire toute personne honnête, et rien de plus ! »

Le lendemain, tous les journaux de France ne parlaient que de ça. Et dès cet instant notre vie devint un enfer. Du matin au soir, des gens défilaient à Minjecèbes ; tous voulaient voir ces bêtes curieuses qui avaient trouvé une fortune sur leur chemin et qui ne l’avaient pas gardée. Nous ne pouvions pas ouvrir une fenêtre, nous ne pouvions pas sortir sur le pas de la porte sans tomber sur quelqu’un. Et chaque fois, c’était la même rengaine :

«  Mais comment donc avez-vous trouvé cet argent ?... Et pourquoi ne l’avez-vous pas gardé ?... Vous n’êtes pas un peu fous, de l’avoir porté aux gendarmes ? »

Nous devenions fous. Nous n’avions plus un moment de tranquillité. Mieux que ça ! Tous les jours, il nous parvenait un tas de lettres. Zéphyrin, le facteur, n’arrêtait pas de pester :

« Si vous croyez que ça me fait plaisir de vous apporter toute cette paperasse ! geignait-il en nous regardant de travers, car nous considérant responsables de tout ce raffut. Et la plupart de ces lettres nous insultaient et nous traitaient de tout :

« Il faut être plus âne que les ânes pour faire pareille ânerie »

« Vous n’avez pas honte d’être aussi simplets ? »

« Vous devriez consulter un spécialiste : vous êtes mûrs pour l’asile. »

« Vous ne devez pas être en manque pour vous moquer ainsi de l’argent »

Il nous restait cependant encore le plus dur à avaler : ce fut quand nous vîmes arriver les gendarmes qui nous embarquèrent sans délai :

« Mais enfin, qu’est-ce que vous nous voulez ?

- Vous vous expliquerez avec le brigadier ».

Et ce fut là une autre histoire : on avait retrouvé la personne qui avait perdu ce diantre de paquet, un gros maquignon, à ce qui se disait. Et cet homme n’était pas content ! A ce qu’il disait, ce n’était pas cinquante millions qu’il avait perdus, mais soixante !

-« Où étaient passés les dix millions qui manquaient ? » Il parait que c’était à nous de l’expliquer... ce qui nous valut de passer quinze jours en prison.

Finalement, quand ils eurent farfouillé tous les recoins de notre maison, fouillé tous les tiroirs et toutes les casseroles, retourné toute la terre du jardin en nous détruisant la récolte d’oignons, ils furent bien obligés de nous relâcher. Pour finir de nous consoler, quand nous sommes revenus à Minjecèbes, les Minjecébiens nous ont accueillis d’un air moqueur, comme pour dire : « Il y en a, tout de même, qui sont plus roublards que la police !... Ces dix millions ne seront pas perdus pour tout le monde.

- Eh bé ! dis-je à Jacouti quand nous nous retrouvâmes seuls à la maison, la porte fermée à double tour, tu es fier de ton exploit ? La prochaine fois, quand nous partirons au marché, tu te mettras la tête dans un sac pour ne pas voir ce qui se passe sur la route... Et si jamais tu trouves un autre paquet, pour l’amour du ciel, ne t’avise pas de le ramasser... sinon tu vas ramasser une friction qui te fera passer l’envie d’être honnête ! »


Date de création : 17/03/2013 @ 11:19
Dernière modification : 17/03/2013 @ 11:19
Catégorie : Ecoutez la Catinou
Page lue 1511 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Documents
Spécial !

Nous contacter :

Lous Coumedians Minjecebols

Eliane RAULET
"Le village"
31420 Saint-André
06.70.35.17.75
eliane.raulet@wanadoo.fr

Michel Saint-Raymond
"Le Herrot"
31230 AGASSAC
06.83.25.54.68
michel.saint.raymond@gmail.com
Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 7 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^