La saga de Catinou
Le père créateur
Bande dessinée
Cuisine de Catinou
Remèdes d'autrefois
Touristes au pays
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
55 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

touristes - Accent africain

Enregistrement audio de la Catinou.



LOU CUSSOU E LOU CAFÈ

Sarrobourset es taloment cussou qu'arribo jamai a beure lou cafè a soun goust. Quand lou beu chaz el, per estalbiar, se met res qu'un peiro de sucre dins la tasso.

Quand es couvidat e qu'a pas a regar­dar a la despenso, ne proufito per ne mettre tres, e de cops quatre.

Atal, un cop es pas prou sucrat, un autre cop l'es trop. Per que siosquesso sucrat juste a soun goust, es ambe dos peiros de sucre qu'aimario lou beure, mès, coumo vesets, aquo 's jamai poussiple.

Que la vido es coumplicado, tout de mêmes!

 

TOUJOUN LOU CUSSOU

Per que sèm a parlar de Sarrobourset, encaro uno!

Un joun se planhio al Firmin, soun vesin, que la sio fenno, la Justino, pen­sabo pas qu'a faire de despensos.

« N'ai un fasti! ço disio. Arresto pas de me demandar d'argent... M'en demando dèts cops per joun!

- E que ne fa de tout aquel argent? demando lou Firmin pla estounat.

- Es que sabi? Li'n douni pas jamai! »

 

Charles Mouly, Risouletos de Minjocebos, Éditions Loubatières, 2002, 164-165.

 

LE PINGRE ET LE CAFÉ.

Serrebourse est tellement avare qu’il ne parvient jamais à boire le café à son goût. Quand il le boit chez lui, pour économiser, il ne met qu’un morceau de sucre dans la tasse.

Quand il est invité et qu’il n’est pas obligé de veiller à la dépense, il en profite pour en mettre trois, et parfois quatre.

Ainsi, une fois il n’est pas assez sucré, une autre fois il l’est trop. Pour qu’il soit sucré juste à son goût, c’est avec deux morceaux de sucre qu’il aimerait le boire, mais, comme vous le voyez, cela n’est jamais possible.

Que la vie est compliquée, tout de même !

 

TOUJOURS LE PINGRE.

Tant que nous sommes en train de parler de Serrebourse, encore une !

Un jour, il se plaignait à Firmin, son voisin, que sa femme, Justine, ne pensait qu’à dépenser.

« J’en ai assez ! disait-il. Elle n’arrête pas de me demander de l’argent... Elle m’en demande dix fois par jour !

- Et qu’en fait-elle, de tout cet argent ? demanda Firmin, bien étonné.

- Et qu’est-ce que j’en sais ? Je ne lui en donne jamais ! »


Date de création : 30/01/2013 @ 13:33
Dernière modification : 30/01/2013 @ 13:33
Catégorie : touristes
Page lue 1367 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Documents
Spécial !

Nous contacter :

Lous Coumedians Minjecebols

Eliane RAULET
"Le village"
31420 Saint-André
06.70.35.17.75
eliane.raulet@wanadoo.fr

Michel Saint-Raymond
"Le Herrot"
31230 AGASSAC
06.83.25.54.68
michel.saint.raymond@gmail.com
Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 7 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^