La saga de Catinou
Le père créateur
Bande dessinée
Cuisine de Catinou
Remèdes d'autrefois
Touristes au pays
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
55 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Ecoutez la Catinou - Las bragos del Jacouti
Chère auditrice, cher auditeur,
Vous pouvez écouter la voix de Catinou et suivre le texte de Charles Mouly en même temps. Vous pouvez aussi accéder à la traduction du texte, juste en dessous.
Enfin, vous pouvez récupérer le fichier sonore MP3 en cliquant ICI (si le téléchargement ne fonctionne pas, faire un clic droit sur le même lien puis "enregistrer la cible du lien sous...").
Bonne écoute !

Enregistrement audio de la Catinou.

LAS BRAGOS DEL JACOUTI

 

I abio un mounde fol aquel diminche dins la vièlho guimbardo que servis d'autobus entre Minjocebos e Cruscocufèlo. E res que de cassaires !

Figuratz-bous que dins aquel malurous païs lour es toumbat uno calamitat qu'aquo's piri que la grèlo; piri que lou philoxera : se podon pas mai aparar dels lapins e de las lèbres. Soun infestats de gibièr !

Cal dire qu'a Cruscocufèlo soun renoummats per èstre mazettos. Aquo's uno malfourmatioun de naissenço : En venguent al mounde lous Cruscocufelats an lous uèlhs guèrlhes, un que regarda del coustat de Bourdèus, l'autre de Narbouno. Aquo's uno difficultat per la casso : Quand afuston aqui , lou fusil porto alai. Quand tiron a dreto aquo peto a esquèrro !

Es per aquelo rasoun, touto simplo mès capitalo, que lou gibièr se trobo en parfèto securitat a Cruscocufèlo. Quand per hasart ou accident s'i tuo quicom lous journals ne.parlon a la prumièro pajo !

Tanben las bestios, que per èsser bestios soun pas tant bestios qu'aquo, s'i soun vengudos refugiar dels quatre envirouns. E coumo, seloun la lei del boun Diou, i creisson e se multiplicon, tout es acatat de gibièr. Aquo fa pas l'affar dels Cruscocufelats que s'escanon a semenar sans pouder jamai culir un caulet ni un rafe !

Per s'aparar d'aquelo invasioun la municipalitat a demandat a toutis lous cassaires del departoment de prene las armos per venir al secours de la poupulatioun menaçado de famino.

Coumo pensats lous cassaires se fan pas pregar. Cado setmano i debarcon a bèls troupèls. E es atal que moun arganhol de Jacouti se troubabo aquel diminche dins aquel autobus farcit coumo uno bouèto de sardos.

Eron plan cent-cinquanto aqui dedins, e calio veser lou misco-mescladis qu'aquo fasio. Fusils, cartouchièros, guè­tros, musettos, e tout lou trembloment de l'equipament èron abarrejats, estrafilhats, que digus èro pas ficut d'i retroubar ço sieu.

Coumprenetz que dins aquelos counditiouns èro inevitable qu'arribesso uno catastràfo. La fatalitat voulguèt qu'aquo toumbesso sul Jacouti.

Nostre penjolum se troubabo calat, per dabans e per darrèr, entre dous arapians de despenjo-salcisso que l'espoutis­sion sans se tracassar d'el mai que d'un mousquil menut.

Lou gros ventrut qu'èro darrèr, e que l'acatabo jusquos a las aurèlhos ambe sa panouilho, i plantabo soun armoment dins las coustèlos. Aquel de dabans i espandissio, juste dejoust lou nas, un parel de paterlos larjos coumo de coujos qu'aurion sigurament abut lou prumièr prets dins un councours agricolo...

Ero miracle que siaguesse pas deja mort estoufat ! Lou paurot èro talament sarrat, aquijat e aplatit qu'en sourtiguent d'aqui aurio pougut passar entre la paret e las affichos sans las descoular.

Lou malurous èro dounc aqui, dins aquelo tristo pousturo, quand tout un cop sentis uno doulour i agafar lous poumpils. E de suito uno sentour de rumat que i arribo al nas.

Boudiou paurots ! Lou Jacouti abio lou fioc al quioul de las bragos ! Ero en trèn de flambar tout cru, e deja sentissio las coudènos que grasilhabon, e la bourro que roustissio.

Aranquo un saut e se met a arpatejar coumo un perdut en bramant : « Al secours ! I a lou fioc dins la baraquo !... »

En un virat d'uèlh l'autobus se tampo, e l'armado dels cassarolos empatafialats lous unis dins lous autris, se jiton per las pourtièros, sauton sus la routo e se meton a fugir de tout coustat. Parlatz-me de la frousso per rendre lou mounde degourdits !

Sans coumprene coussi èro arribat aqui, lou Jacouti se retroubèt espatarnat dins un fangas. Abio las paterlos al fresc, e lou fioc èro arrestat. Praquo èro pas countent. Res qu'a la pensado de la receptioun de gala que l’esperabo quand arribario a l'oustal ambe sas bragos sinistrados, se sentissio pas flambard. Calio, a tout prèts, troubar lou respounsaple del sinistre.

Aprèp enquesto e forço discussiouns siaguèt prouvat qu'èro lou gros moussu de darrèr -un riche charcutièr de Toulouso- que i abio incendiat las bragos amb sa cigaretto.

« M'anatz pagar aquelos bragos !... gulabo lou Jacouti furious.

- Mais, monsieur, je ne demande pas mieux que de vous dédommager, ço dis l'ome pla embestiat, quand vous viendrez à Toulouse passez donc à mon magasin, je vous réglerai le prix de votre pantalon.

- Nani ! Nani ! Voli èstre pagat de suito !

- Bon ! Dans ce cas, donnez-moi votre adresse, je vous adresserai un mandat télégraphique dès demain matin. Vous pouvez avoir confiance...

- De que ? Confiance ?... Badinatz ! Moussu, bous cou­neissi pas, e al joun d'aouèi om se pod pas fisar a digus ! Bous repèti que voli estre pagat de suito.

- Eh bien, soit !... Voilà 200 francs et n'en parlons plus.

- Atal sèm d'accordi ! »

Lou Jacouti tout réjouit s'aprestabo a enfournar lous bilhets quand lou moussu ço dis :

« Excusez-moi, mon ami, mais à présent que vous êtes payé, j'espère que vous serez assez honnête pour ne pas rester dans mon pantalon...

- De que me countatz aqui ?... Votre pantalon ?

- Mais oui, mon pantalon ! Je vous l'ai payé, n'est-ce pas ? Donc il est à moi. Je suppose que vous n'avez pas l'intention de garder un objet qui m'appartient. J'exige que vous me donniez ce pantalon tout de suite !

- Coulhounatz !... Vouletz pas belèu que me passeje en pandourèl ?

- Promenez-vous comme il vous plaira ! Que voulez-vous que cela me fasse ?... Je veux mon pantalon, un point c'est tout.

- Tout de mèmes poudetz pla esperar un parel d'ouros... Tant lèu que serem tournats arribar a Minjocebos lou bous dounarai sans fauto. Poudetz aber counfienço...

- Confiance ? Vous plaisantez ! De nos jours on ne peut plus avoir confiance en personne, voyons !

- Recouqui de sort ! S'abetz pas counfienço abetz qu'a m'acoumpanhar jusquos a l'oustal.

- Je n'ai pas de temps à perdre... Donnez-moi ce pantalon immédiatement ! »

Nostre gargamèlo -pris à son propre piège, coumo se dis- siaguèt pla oublijat de s'executar.

Auriatz vist aquel triste espectacle : Lou Jacouti abandounat sus la routo, la banièro al vent, que sabio pas coussi s'amagar lous cambajous, e que las paterlos i clasquejabon de fred.

Parlatz d'un retour triounfal ! Sans parlar del councèrt que troubèt en arribant.

Mès lou pus fort es que dempèi, a Cruscocufèlo, troubariatz pas un soul lapin, pas mèmes la coueto d'un pinsoun !

De veser lou Jacouti en pandourèl, tout lou gibier, pres de paniquo, a desertat lou païs. Las pauros bestios abion jamai vist parèlh espourugal !

( Catinou e Jacouti a Minjocebos - Tome II- 1980, p. 19)

 

LE PANTALON DE JACOUTI.

Il y avait un monde fou, ce dimanche, dans la vieille guimbarde qui fait office d’autobus entre Minjesèbes et Crusquecufèle. Uniquement des chasseurs !

Figurez-vous que dans ce malheureux pays, ils ont eu une calamité pire que la grêle, pire que le phylloxéra : ils n’arrivent plus à se prémunir des lapins et des lièvres : ils sont envahis de gibier !

Il faut dire qu’à Crusquecufèle, ils ont la réputation d’être maladroits. C’est dû à une malformation de naissance : quand ils viennent au monde, les Crusquefêlés ont une malformation aux yeux, un qui regarde vers Bordeaux, l’autre vers Narbonne. C’est une difficulté pour la chasse : quand ils visent ici, le fusil porte là. Quand ils tirent à droite, ça pète à gauche.

C’est pour cette raison, toute simple mais capitale, que le gibier se sent en parfaite sécurité à Crusquecufèle. Quand par hasard ou par accident il s’y tue quelque chose, les journaux en parlent sur la première page !

Eh donc les bêtes, qui pour être bêtes ne sont pas si bêtes que cela, sont venues s’y réfugier de tous les horizons. Et comme, selon la loi du Bon Dieu, elles y croissent et s’y multiplient, tout est envahi de gibier. Ça ne fait pas l’affaire des Crusquefêlés qui s’exténuent de semer sans jamais pouvoir récolter ni un chou ni un radis !

Pour se protéger de cette invasion, la municipalité a invité tous les chasseurs du département à prendre les armes pour venir au secours de la population menacée de famine. Comme vous pouvez l’imaginer, les chasseurs ne se font pas prier. Toutes les semaines, ils y débarquent par régiments entiers. Et c’est ainsi que mon pendard de Jacouti se trouvait ce dimanche-là dans cet autobus garni comme une boîte de sardines.

Ils étaient bien cent cinquante là-dedans, et il fallait voir le fourbi que ça faisait ! Fusils, cartouchières, guêtres, musettes, et tout l’arsenal de l’équipement étaient emmêlés, enchevêtrés, si bien que personne n’était capable d’y retrouver ce qui lui appartenait.

Vous comprendrez que dans ces conditions il était inévitable qu’il ne se produise pas une catastrophe. La fatalité a voulu que ça tombe sur Jacouti.

Notre escogriffe se trouvait calé, à l’avant et à l’arrière, par deux sans-gêne de mastodontes qui l’écrabouillaient sans plus se soucier de lui que d’un tout petit moustique.

Le gros ventru qui était derrière lui, et qui le recouvrait de sa bedaine jusqu’aux oreilles, lui plantait son armement dans les côtes. Celui de devant lui étalait, juste sous le nez, une paire de fesses grosses comme des citrouilles, qui auraient certainement obtenu le premier prix dans un concours agricole.

C’était miracle qu’il ne fût pas déjà mort étouffé ! Le pauvre était tellement serré, piétiné et aplati qu’en sortant de là il aurait pu passer entre le mur et les affiches sans les décoller.

Le malheureux était donc dans cette triste posture quand, soudain, il ressentit une douleur lui mordre le mollet. Et tout de suite une odeur de brûlé lui arriva au nez.

Bon Dieu, pauvres gens ! Jacouti avait le feu au pantalon ! Il était en train de brûler vif, et il sentait déjà que la peau grésillait et que les poils grillaient.

Il s’arrache d’un saut de sa place et se met à gigoter comme un perdu en criant :  « Au secours ! Il y a le feu dans la baraque !... »

En un clin d’œil, l’autobus s’arrête, et la troupe des chasseurs emberlificotés les une dans les autres se jettent par les portières, sautent sur la route et s’enfuient dans toutes les directions. Parlez-moi de la frousse pour rendre les gens dégourdis !

Sans comprendre comment il en était arrivé là, Jacouti s’est retrouvé étalé dans une flaque de boue. Il avait les fesses au frais, et le feu était éteint. Pourtant, il n’était pas content. A la seule idée de la réception de gala qui l’attendait quand il reviendrait à la maison avec son pantalon sinistré, il ne se sentait pas gaillard. Il fallait à tout prix trouver le responsable du sinistre.

Après enquête et beaucoup de palabres, il fut prouvé que c’était le gros monsieur de derrière - un riche charcutier de Toulouse- qui lui avait incendié le pantalon avec sa cigarette.

« Vous allez me payer ce pantalon !... criait Jacouti, furieux.

- Mais monsieur, je ne demande pas mieux que de vous dédommager, répondit l’homme, bien ennuyé ; quand vous viendrez à Toulouse, passez donc à mon magasin, je vous règlerai le prix de votre pantalon.

 - Non ! Non ! Je veux être payé tout de suite !

- Bon ! Dans ce cas, donnez-moi votre adresse, je vous adresserai un mandat télégraphique dès demain matin. Vous pouvez avoir confiance...

- De quoi ? Confiance ?... Vous plaisantez ! Monsieur, je ne vous connais pas, et de nos jours, on ne peut faire confiance à personne ! Je vous répète que je veux être payé tout de suite !

- Eh bien soit !... Voilà 200 francs et n’en parlons plus.

- Comme ça nous sommes d’accord ! »

Jacouti tout content s’apprêtait à empocher les billets quand le monsieur lui dit : « Excusez-moi, mon ami, mais à présent que vous êtes payé, j’espère que vous serez asse honnête pour ne pas rester dans mon pantalon...

-         Qu’est-ce que vous me racontez là ?... Votre pantalon ?

- Mais oui, mon pantalon ! Je vous l'ai payé, n'est-ce pas ? Donc il est à moi. Je suppose que vous n'avez pas l'intention de garder un objet qui m'appartient. J'exige que vous me donniez ce pantalon tout de suite !

- Vous plaisantez !... Vous ne voudriez peut-être pas que je me promène en pan de chemise ?

- Promenez-vous comme il vous plaira ! Que voulez-vous que cela me fasse ?... Je veux mon pantalon, un point c'est tout.

- Tout de même, vous pouvez bien attendre une paire d’heures... Sitôt arrivés à Minjesèbes, je vpous le donnerai sans faute. Vous pouvez avoir confiance...

- Confiance ? Vous plaisantez ! De nos jours on ne peut plus avoir confiance en personne, voyons !

- Recoquin de sort ! Si vous n’avez pas confiance, vous n’avez qu’à m’accompagner jusqu’à la maison.

- Je n'ai pas de temps à perdre... Donnez-moi ce pantalon immédiatement ! »

Notre gargamelle -pris à son propre piège, comme on dit- fut bien obligé de s’exécuter.

Vous auriez vu ce triste spectacle : Jacouti abandonné sur la route,, la bannière au vent, qui ne savait comment se couvrir les jambons, et dont les fesses tremblaient de froid.

Vous parlez d’un retour triomphal ! Sans parler du concert auquel il a eu droit en arrivant.

Mais le plus étonnant, c’est que depuis, à Crusquecufèle, vous ne trouveriez pas un seul lapin, pas même la queue d’un pinson !

En voyant Jacouti en pan de chemise, tout le gibier, pris de panique, a déserté le pays. Les pauvres bêtes n’avaient jamais vu pareil épouvantail !


Date de création : 15/12/2012 @ 11:29
Dernière modification : 15/12/2012 @ 11:46
Catégorie : Ecoutez la Catinou
Page lue 2110 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Documents
Spécial !

Nous contacter :

Lous Coumedians Minjecebols

Eliane RAULET
"Le village"
31420 Saint-André
06.70.35.17.75
eliane.raulet@wanadoo.fr

Michel Saint-Raymond
"Le Herrot"
31230 AGASSAC
06.83.25.54.68
michel.saint.raymond@gmail.com
Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 7 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^