La saga de Catinou
Le père créateur
Bande dessinée
Cuisine de Catinou
Remèdes d'autrefois
Touristes au pays
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
55 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Parler du Savès - UNE LANGUE...

UNE LANGUE...

 

Qu’est-ce qu’une langue ? Nous pourrions dire que c’est un assemblage de mots régi par des règles grammaticales et qui nous sert à exprimer au mieux notre pensée. Ces règles grammaticales sont plus ou moins complexes et varient d’une langue à l’autre.

Ces dernières décennies, nous nous sommes appliqués à dénigrer la grammaire française (et la conjugaison en particulier) qui semblait beaucoup trop compliquée, comparée à l’anglaise par exemple. Voulant la « redorer » pour la rendre beaucoup plus accessible à l’étranger (très certainement pour raisons commerciales en priorité !), des têtes pensantes se sont évertuées à la simplifier : exit donc les temps « barbares » du subjonctif, du passé du conditionnel et même de l’indicatif ! Cette simplification a si bien fonctionné qu’aujourd’hui le passé simple n’est plus si simple que son nom le prétend !

J’ai eu la chance de n’apprendre le français que tardivement, n’ayant parlé jusque là que le gascon du Savés. Or, force est de constater que dans cette langue tous les modes et tous les temps de la conjugaison sont utilisés, et ils le sont à bon escient, même utilisés par des indigènes qui ne sont allés à l’école que le jeudi et le dimanche, suivant leur expression !

Eh oui ! Les locuteurs naturels de notre dialecte utilisent tous les temps du conditionnel et du subjonctif sans la moindre hésitation, et ils sont à tel point imbattables sur la concordance des temps que, lorsque j’ai dû batailler avec la langue de Molière, j’ai découvert un moyen infaillible pour utiliser mode et temps adéquats : je traduisais en patois et il me suffisait ensuite d’observer comment étaient conjugués les verbes dans cette langue !

Vous constatez au passage que j’ai suggéré que mon patois est une langue. J’ajouterai que c’est une langue merveilleuse qui a conservé au cours des siècles de son histoire tous les temps de sa conjugaison et veillé à la bonne concordance des temps, bien qu’il n’y ait pratiquement jamais eu d’apprentissage scolastique ! Ça prouve bien que ces règles sont rationnelles et tout à fait naturelles, non ? Et, si on réfléchit tant soit peu, c’est bien normal : la conjugaison nous permet d’assembler des mots pour traduire toute notre pensée, qu’elle soit concrète et bien située dans le temps ou bien abstraite et lovée on ne sait dans quels méandres de nos rêveries ou de nos désirs ! A chaque temps de la conjugaison sa signification précise !

Aujourd’hui, mes oreilles sont écorchées par la multitude de fautes de conjugaison qu’on peut relever dans les médias. A se demander si les journalistes, chroniqueurs, spécialistes en tout genre, responsables politiques et même enseignants ont appris le français !

Alors, chers spécialistes linguistes, je suggèrerais une démarche toute simple qui irait à contre-courant de ce qui est pratiqué actuellement : au lieu de calquer sur notre langue occitane les règles grammaticales d’un français décadent, pourquoi ne pas s’efforcer de retrouver dans cette langue, auprès des locuteurs naturels (de moins en moins nombreux, hélas, mais certains survivent encore), la logique de constructions si naturelles qu’elles ont été assimilées sans le moindre effort d’apprentissage pendant des siècles ? Et il serait ensuite souhaitable que nos grammairiens français s’inspirent de ces logiques pour restaurer notre langue nationale en grand danger d’étiolement ! Mais je sais que sur ce dernier point je suis particulièrement utopique...

Afin de faciliter une sauvegarde structurée des divers dialectes de notre langue, vous pourrez consulter, télécharger, vous approprier la « Grammaire gasconne, parler du Savés » que j’ai eu le plaisir de rédiger avec mon ami Christian Piques. Il vous suffit de cliquer ICI et de corriger ensuite le texte en fonction des réalités locales de la langue ! Nous vous conseillons toutefois de vous attacher l’aide et la collaboration de locuteurs naturels ! Nous resterons ensuite à votre disposition pour vous fournir tous les documents facilitant  une correction qui vous permettra d’éditer, vous aussi, une grammaire de votre parler local, une vraie grammaire de votre patrimoine linguistique !

La « Grammaire gasconne, parler du Savés » est pour l’instant en graphie « minjecébienne », mais Christian Piques en rédige une version en graphie normalisée qui sera accessible sur le même site dans les prochaines semaines.

Et veillons ensemble à ce que notre langue ne soit pas souillée par des textos et autres pollutions modernes !


Date de création : 15/12/2012 @ 11:01
Dernière modification : 15/12/2012 @ 11:48
Catégorie : Parler du Savès
Page lue 1535 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Documents
Spécial !

Nous contacter :

Lous Coumedians Minjecebols

Eliane RAULET
"Le village"
31420 Saint-André
06.70.35.17.75
eliane.raulet@wanadoo.fr

Michel Saint-Raymond
"Le Herrot"
31230 AGASSAC
06.83.25.54.68
michel.saint.raymond@gmail.com
Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 7 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^