La saga de Catinou
Le père créateur
Bande dessinée
Remèdes d'autrefois
Touristes au pays
Calendrier
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
55 Abonnés
Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Lous uoùs - Uoùs en coquo cuèits joust las cendres

CURIOUSITAT
UOÙS EN COQUO,
CUÈITS JOUST LAS CENDRES
ŒUFS À LA COQUE, CUITS SOUS LA CENDRE

 

Aqui un biais de far coire lous uoùs en coquo qu'es dels mai simples e dels mai rustics. I a res a aprestar : sufis de lous amagar dins las cendres caldos, - ount demoron encaro de brigalhos de braso - a peno qual­quos minutos, lou temps que la glairo se calhe, e que prenguen lou fumet del bouès cremat. Mès attentioun ! Precautioun a prene abans de lous cunhar dins las cendres, vous caldra lous passar dins d'aigo fresco, que lous clesques siosquen pla trempes. Sinoun, sul cop de la calour risquon de s'esclafar.

A perpaus d'aquelo precautioun, a Minjocebos se counto aquesto foutralado : Autris cops, dins las bor­dos abion res que l'aigo que dounabo uno fount (e que calio anar guerre souvent pla luènh amb un ferrat) ou l'aigo d'un pouts mai ou mens prigound, d'ount la calio tirar, toujoun amb un ferrat, al cap d'uno cordo. Aladounc lou mounde l'estalbiabon tant que poudion. E per trempar lous uoùs abans de lous mettre joust las cendres, se countentabon d'escupir sul clesque. Un joun, un droullet vesent la sio mama faire atal, i demando, tout intrigat :

"Digos, mama ! Perque escupisses sul clesque de l'uoù ?

- Eh be ! Fantou.... aquo's per que pete pas.

- Alabes, ço dis lou droullet, faras pla de ne faire autant a la menino !"

 

Voici une façon de faire cuire les œufs à la coque des plus simples et des plus rustiques. Il n’y a rien à préparer : il suffit de les cacher dans les cendres chaudes - dans lesquelles il reste encore quelques petites braises - à peine quelques minutes, le temps que la glaire se caille, et qu’ils prennent le fumet du bois brûlé. Mais attention ! Précaution à prendre avant de les glisser sous les cendres, il vous faudra les passer dans de l’eau froide, que les coquilles soient bien mouillées. Sinon, sous l’effet de la chaleur, ils risqueraient d’éclater.

A propos de cette précaution, il se raconte cette blague à Minjesèbes : autrefois, dans les fermes, on n’avait que l’eau que donnait une fontaine (et qu’il fallait aller chercher parfois bien loin avec un seau) ou l’eau d’un puits plus ou moins profond, d’où il fallait la puiser, toujours avec un seau, au bout d’une corde. Les gens l’économisaient donc tant qu’ils pouvaient. Et pour les œufs, avant de les mettre sous les cendres, ils se contentaient de cracher sur la coquille. Un jour, un gamin voyant sa mère procéder ainsi, lui demanda, tout intrigué :

« Dis, Maman, pourquoi est-ce que tu craches sur la coquille de l’œuf ?

- Eh bien ! Fantou... C’est pour qu’ils ne pètent pas.

- Alors, répliqua le gamin, tu ferais bien d’en faire autant à la grand-mère ! »


Date de création : 03/04/2012 @ 16:44
Dernière modification : 03/04/2012 @ 16:44
Catégorie : Lous uoùs
Page lue 1554 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article


Documents
Spécial !

Nous contacter :

Lous Coumedians Minjecebols

Eliane RAULET
"Le village"
31420 Saint-André
06.70.35.17.75
eliane.raulet@wanadoo.fr

Michel Saint-Raymond
"Le Herrot"
31230 AGASSAC
06.83.25.54.68
michel.saint.raymond@gmail.com
Recherche



Préférences

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 7 membres


Connectés :

( personne )
^ Haut ^